L’ambassadeur Attiya : Les crimes de l’occupation à Gaza sont un exemple flagrant sur la politique de double critère des Etats-Unis et certains pays occidentaux

La Haye-SANA/ Le représentant permanent de la Syrie auprès de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques à La Haye, l’ambassadeur Milad Attiya, a affirmé que les crimes de guerre et les crimes de génocide commis par l’entité sioniste à Gaza sont un exemple flagrant sur la politique coloniale et de double critère suivie par les États-Unis et certains pays occidentaux, soulignant que ces mêmes pays ont fait cette organisation s’écarter des objectifs pour lesquels elle a été créée, en lançant de fausses accusations afin de viser la Syrie et la Russie.

Dans un communiqué qu’il a lu devant la 28e session de la Conférence des parties, il a fait savoir que les États-Unis et certains pays occidentaux étaient un partenaire principal dans l’agression barbare et sanglante israélienne contre la bande de Gaza.

Il a souligné que la Syrie soutient la demande présentée par la Palestine à l’organisation d’enquêter sur l’utilisation par l’occupation israélienne d’armes internationalement interdites, y compris de substances toxiques telles que des armes chimiques, lors de son agression contre la bande de Gaza.

Et Attiya de poursuivre : « Au cours des dix dernières années (2013-2023), la Syrie a été soumise à une campagne inédite de fausses accusations de la part des pays occidentaux, dont l’objectif principal est d’exercer davantage de pressions et d’actes d’agression directe et indirecte contre la Syrie ».

Il a affirmé que l’universalité de la Convention sur les armes chimiques ne sera pas réalisée sans forcer « Israël » à adhérer à la Convention et au reste des accords internationaux liés à la non-prolifération des armes de destruction massive, ajoutant : « Les déclarations de l’un des ministres du gouvernement d’occupation israélien sur la possibilité d’attaquer Gaza avec une arme nucléaire confirment ce qu'”Israël” a toujours caché, à savoir : la possession de cette arme en dehors des systèmes de contrôle international, ce qui constitue une menace sérieuse à la sécurité et à la stabilité de la région ».

R.F.

Check Also

Al-Miqdad devant le Conseil des droits de l’homme : La Syrie rejette l’exploitation par l’Occident des mécanismes des droits de l’homme pour s’ingérer dans les affaires intérieures des pays

Damas-SANA / Le ministre des Affaires étrangères et des Expatriés, Fayçal Al-Miqdad, a affirmé que …