Jaafari: Nécessité de lever les mesures coercitives imposées à la Syrie et autres pays

New York – SANA / L’ambassadeur de Syrie auprès de l’ONU, Dr Bachar Jaafari, a réaffirmé la nécessité de lever les mesures coercitives unilatérales imposées à la Syrie et autres pays, soulignant qu’elles portent atteinte à la solidarité mondiale, affectent la vie d’environ deux milliards personnes et entravent les efforts déployés pour affronter la pandémie de Corona.

Lors d’un colloque tenu au siège de l’ONU à New York via la vidéoconférence, à l’initiative de plusieurs pays, dont la Syrie, le Venezuela, la Russie, la Chine, l’Iran, Cuba, le Zimbabwe et la Biélorussie sous le titre « les impacts des mesures coercitives unilatérales sur la solidarité mondiale face à covid-19 », Jaafari a fait savoir que les Etats-Unis et l’UE continuent à négliger les appels onusiens et internationaux à mettre fin aux sanctions économiques illégales.

Il a réfuté les allégations américaines et européennes sur des exemptions de ces sanctions qui permettent d’assurer les matériels alimentaires et médicaux au peuple syrien, affirmant que ces allégations visent à tromper l’opinion publique internationale et à couvrir les crimes et les violations commises par ces parties contre la Syrie.

Jaafari a assuré que les décisions de ce colloque contribueront à attirer les regards de la communauté internationale vers les impacts négatifs des mesures précitées sur la solidarité mondiale face à covid-19 et sur l’impuissance de l’ONU de mettre un terme à cet embargo économique qui affecte la vie de deux milliards personnes et entravent la réalisation du développement durable.

Jaafari a estimé que la Syrie, en raison de ces mesures, est incapable de réhabiliter les centrales électriques détruites par les réseaux terroristes «Daech» et « al-Qaïda » en Syrie.

Notons, que les ministres des Affaires étrangères de Nicaragua et Venezuela, ainsi qu’un nombre d’ambassadeurs, de responsables de l’ONU, d’académiciens et d’activités dans les domaines de l’économie, du développement et des droits de l’Homme, ont pris part à ce colloque.

Les interventions ont focalisé sur le rejet de tout fondement juridique ou politique des sanctions coercitive unilatérales.

Les participants ont affirmé que ces mesures nuisent à la solidarité mondiale qui doit protéger tous les peuples du monde et affaiblissent les infrastructures sanitaires de plusieurs pays en mettant des restrictions sur le système financier et bancaire mondial, et affecte la capacité des pays d’imposer des matériels médicaux.

Les participants ont appelé à étudier plusieurs choix face à ces mesures illégitimes, dont le recours à la Cour de justice internationale et à l’ONU, pour s’en finir avec ces mesures à l’ombre de la propagation de la pandémie de covid-19.

L.A.

Check Also

Les services compétents éliminent dans une embuscade 3 terroristes et arrêtent 3 autres au nord-ouest de Sukhneh

Homs – Sana/ Les services compétents à Palmyre dans la banlieue est de Homs ont …